© 2019 La Charmante compagnie.

                                         

                                        

                                        Marie-Christine Mazzola

                                     Depuis que je suis toute petite, j’ai toujours cru profondément en la puissance des mots, de l’imaginaire et des rêves. 

 

Après avoir travaillé comme dramaturge aux côtés de Manuel Orjuela lors du festival Iberoamericano 2008 (Bogotá), je suis revenue en France avec la volonté de m’entourer d’artistes issu(e)s de différents horizons artistiques. De mon dialogue soutenu avec Manuel, avait émergé la décision de défendre un théâtre visuel, presque pictural, porté par des compositions musicales puissantes toujours jouées sur scène. En 2009, à ma sortie de Master II de Mise en scène et de dramaturgie au sein de l’Université de Nanterre, j’ai créé la Charmante compagnie avec cette envie de partager ma passion pour les écritures contemporaines, qu’elles soient de théâtre, de poésie ou de littérature. L’activité effective de la compagnie a commencé en 2013, à la fin de ma formation de metteuse en scène au sein du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris dans la classe de Jean Damien Barbin, et à l’issue d’un Master II des Organisations Culturelles au sein de l’Université Paris Dauphine. 

 

Les textes que je choisis de mettre en scène ne cessent d’interroger notre présent (le réel) à la lumière du passé pour rêver ou imaginer un avenir. Les espaces que je donne à voir sont toujours traversés de temporalités multiples, ce qui leur procure une épaisseur toute particulière. Au fil des mises en scène et des projets, je crois de plus en plus à la nécessité de rester des « imaginants » pour ne pas sombrer dans un pessimisme ambiant. Rêver, imaginer sont réellement des actes de résistances forts – des actes politiques –. Etre force de proposition, rêver demain, imaginer la société et les perceptions que nous avons de son futur proche sont essentiels aujourd’hui. C’est avec cette intention intacte de passer cet amour des mots, de créer du désir et de l’engagement citoyen autour des textes - que je pense mes projets (de créations ou sur le territoire).